La règlementation drone en Martinique est-elle trop contraignante ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Voilà le 3e article de notre série consacrée à la règlementation drone de loisir en Martinique en 2019. Nos 2 premiers articles étaient consacrés à :

Ces 2 articles ont généré pas mal de questions et d’incompréhensions de la part des abonnés à notre page Facebook. Le sentiment général étant que l’utilisation des drones était bien trop limitée en Martinique et la règlementation beaucoup trop contraignante.

L'espace aérien, cette immensité vierge de marquage

Si la règlementation de l’espace aérien (et donc de l’utilisation des drones et des autres aéronefs) est stricte, c’est qu’il y a une très bonne raison. C’est une zone immense (pour la France égale à sa surface sur près de 6.000 mètres de haut), c’est une zone en 3 dimensions et, surtout, c’est une zone sans aucune indication, ni marquage, ni route …. un désert absolu.

Pour bien comprendre le problème, imaginez 2 secondes une zone goudronée de 1.000 km de côté, sur la quelle il n’existerait aucun panneaux, aucune trace au sol, aucun feu, aucun trottoir …. juste une immensité de goudron totalement vierge. Imaginez maintenant que cette zone soit ouverte à tous : voitures, camions, vélos, piétons, animaux … etc. Vous commencez à bien voir la problématique, hein ? et bien l’espace aérien français … c’est ça ! sauf qu’en plus c’est en 3 dimensions au lieu de 2 …

Pour bien visualiser, voici une image tirée du site FlightRadar24 qui donne la position en temps réel de tous les vols commerciaux sur la planète. Et encore, il ne s’agit là que des vols à passagers : pas d’avions militaires, pas d’avions cargo, pas d’avions privés ….

Source flightradar24.com

Vous imaginez facilement que si tout ça n’était pas très fortement règlementé les avions se rentreraient dedans à longueur de temps et tomberaient comme des mouches.

Qu'est ce que le drone à a voir avec ça ?

Comme indiqué dans un article précédent, l’espace aérien débute au sol. Donc, votre drone, même à 1 mètre du sol, si il est en extérieur il est dans l’espace aérien !

Vous allez surement répondre  “oui mais à 50m de haut, il n’y a pas d’avion, donc on ne gène personne !

Plusieurs choses à ce sujet. Déjà, à 50m de haut, il peut y avoir des aéronefs : avions au décollage ou à l’atterrissage, des aéronefs de l’état (gendarmerie, sécurité civile, douane, armée de l’air ….), des parachutes, des parapentes, d’autres drones (loisir, professionnels, militaires), des ULM … etc. Ça fait d’un coup possiblement pas mal de monde, non ?

Ensuite il faut bien prendre en compte qu’un drone de loisir, ça a une fiabilité très médiocre par rapport à un avion. Pas de redondance des commandes, des composants électroniques grand public de qualité souvent médiocre, des logiciels perfectibles et peu testés … etc. Donc, un drone qui vole tranquillement à 30m de haut aux Trois-Îlets peut tout à fait partir en “fly-away” sans que l’on puisse intervenir et monter à plusieurs centaines de mètres ou partir droit sur la cour d’une école ou, pire, vers l’aéroport.

Donc, oui, le drone pose des problèmes dans l’espace aérien et ce d’autant plus que le nombre d’appareils augmente de façon exponentielle.

dizaines de drones en Martinique

Et les drones posent encore d’autres problèmes, plus complexes.

Les autres problèmes posés par les drones

Un des autres problèmes qui se présente c’est que, sauf exceptions, le pilote de drone de loisir lambda ne connait absolument rien à l’aéronautique. Il ne sait pas comment son appareil tient en l’air (en terme de physique), il ne connait pas les règles de l’air ,il ne sait pas communiquer avec les organismes de contrôle et, la plupart du temps, il n’a pas conscience d’être un danger pour tout ce qui vole. C’est pour cela que depuis 2018, il est OBLIGATOIRE de passer un examen en ligne pour piloter un drone de plus de 800 grammes.

Un autre problème est que les drones de loisir sont très petits. Sachant que l’un des principes de base de l’aviation c’est voir et éviter, la petite taille de ces appareils rend cette règle très complexe à mettre en œuvre pour les autres aéronefs. Et le fait que le pilote de drone ne voit que vers là où la caméra pointe (FPV), ça l’empêche de parfaitement voir l’environnement et de pouvoir ainsi lui aussi appliquer cette règle.

Pour finir sur les problèmes majeurs posés par ces petits aéronefs, il en demeure 2 importants : premièrement, ils ne sont que très rarement détectables par les radars des services de la navigation aériennes qui ne peuvent donc pas informer les autres aéronefs de leur présence et ils ne sont équipés ni de transpondeur ni de moyen de communication.

Pour prendre une autre image, c’est un peu comme si des voitures radiocommandées pouvaient rouler sur les autoroutes allemandes au milieu de voitures roulant à 200 km/h ! imaginez les accidents que cela créerait ! la règlementation drone est là pour éviter ça en aérien.

 

Les vols de drone à proximité de l'aéroport Aimé Césaire en Martinique

Et tout ce que l’on vient de voir ne concerne QUE les risques vis à vis des autres aéronefs. Risques auxquels il faut rajouter ceux liés aux biens et au personnes qui se trouvent au sol, juste en dessous ! Imaginez un DJI Phantom de 1,3kg (2 fois le poids d’une boule de pétanque) qui tombe sur un jeune enfant …

Alors, cette règlementation drone, trop contraignante ?

J’espère que cette démonstration des problèmes et des risques que posent les drones vous fera comprendre que le règlementation, même si elle est en effet très contraignante partout en France et en Martinique, n’en est pas moins nécessaire pour la sécurité de tous. Je ne pense pas que lorsque vous prenez l’avion vous ayez envie que des drones volent à quelques dizaines de mètres de votre appareil, ou une autre fois que votre bébé en prenne un sur la tête en pleine rue …

 

Nous avons eu beaucoup de commentaires sur Facebook laissant sous entendre que la France règlemente trop par rapport aux autres pays. En matière de drone, ce n’est pas le cas. La règlementation française est dans la moyenne. Des pays ont une règlementation plus dure encore et quelques uns n’ont pas encore de règlementation bien établie mais dans la moyenne, c’est assez similaire et cela est dû au fait que les autorités aériennes des pays du monde entier travaillent de concert pour maintenir la sécurité des avions au plus haut niveau.
 
 
Voilà qui clôture notre série d’article sur les drones de loisir en Martinique. Dès la semaine prochaine nous nous pencherons en détail sur l’utilisation des drones en tant que professionnels : la règlementation, les démarches, le marché …etc.

 

Cet article est IMPORTANT pour la sécurité aérienne, n’hésitez-pas à le partager !

Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
4.86/5 (7)

Merci de noter cet aticle

D'autres articles sur ce thème

Fermer le menu
All search results
×

Panier

Connexion